lundi 21 mars 2011

Monocorde de Joseph Nicolas POUSSOT à Pierre la Treiche.

Notre ami Jean Luc MATTE nous fait gentillement remarquer, que nous n'avons pas encore évoqué, dans notre blog, deux instruments spécifiques de notre Lorraine natale : l'épinette des Vosges et surtout le monocorde de Joseph POUSSOT, cher à André BISSONNET, antiquaire et expert en instruments de musique anciens. Il nous indique en plus un article, disponible sur internet, rédigé par Bernard RAVENEL, professeur à l'université de Nancy, qui fait le tour de la question.
http://www.etudes-touloises.com/articles/66/art1.pdf
Tout est dans cet article ; je me permets juste de faire une rapide synthèse pour les "paresseux".

Marie Joseph Nicolas POUSSOT est né à Grandvillers dans les Vosges, le 6 décembre 1861. Son père Jean Nicolas POUSSOT était....rentier à 30 ans et sa mère Marie Catherine TIHAY.
Il étudia la musique à Charmes (Vosges), mais il trouva son apprentissage fastidieux.

Brevet du monocorde du 8 mars 1886


Son oncle, l'abbé Charles TIHAY présentait la particularité d'être prêtre ....et inventeur. C'est lui qui inventa le pédalier de bicyclette à roulement à bille. Mais il s'intéressait aux instruments de musique, car il déposa en collaboration avec Léopold DURAND, sous lieutenant au 27° de ligne, le 13 janvier 1862 un brevet pour un "polycorde à transpositeur universel"...précurseur de notre monocorde.
Sans doute en collaboration avec son oncle, il invente un instrument simple à jouer et à fabriquer, qui joue juste grâce au clavier et qui permet au "musicien" de jouer rapidement. De plus ils conçoivent un système de notation facilitant la lecture de la musique :" la notation figurée".

Monocorde de Poussot.
L'abbé Alban GUYOT, prêtre à Pierre la Treiche, proposa à Joseph POUSSOT de l'aider. Celui ci s'installa dans cette petite ville proche de Toul en 1883.
Le site de Mamléa vous permettra de découvrir la jolie campagne de Pierre la Treiche :
http://vuparmam.blogspot.com/2009/05/pierre-la-treiche-et-la-moselle.html

Le 8 mars 1886, il déposa et obtiendra un brevet de 15 ans pour son monocorde. La réputation de ce nouvel instrument dépassa très vite les limites régionales, voir nationales car on le retrouva, en Belgique, au Pays Bas, en Italie, au Canada et même en Afrique.

En 1888 Joseph POUSSOT épousa une jeune fille de Pierre la Treiche, Marie CHENIN. Naîtront deux fillettes, Marie en 1889 et Maria en 1890. L'entreprise de POUSSOT marchait très bien, puisqu'en 1891 elle employait 10 ouvriers luthiers.

"Hélas le jeune couple ne va guère profiter, ni de son bonheur, ni de sa réussite. Le 2 juillet 1891 Joseph POUSSOT se noie dans la Moselle au lieu dit : "le quart du sable". Il avait 29 ans et demi.

Son épouse pris courageusement la suite, mais elle dut fermer l'atelier en 1896".


Joseph POUSSOT, dirigeant son orchestre de Monocordes.

Le monocorde de POUSSOT a toujours de "furieux" partisans. Nous vous proposons de voir la superbe démonstration d'André Bissonnet.



Enregistrer un commentaire