jeudi 8 mars 2012

La famille KELLER facteurs d'instruments de musique à vent à Strasbourg (1710-1833).



Première marque de l'atelier KELLER vers 1765
attribuable à Jean III KELLER. (Flûte 1 clé : David Shorey)
Depuis très longtemps nous souhaitions faire le point sur cette famille strasbourgeoise de tourneurs et de facteurs d'instruments, importante pour l'histoire de la facture instrumentale en Alsace. Nous souhaitons tout d'abord remercier ceux qui ont contribué à la réalisation de cet article : Jean JELTSCH, Blanche DUCHATEL et l'équipe de génialegenealsace pour la traduction d'actes illisibles en "allemand pointu", David SHOREY, José Daniel TOUROUDE.
Pour ceux qui souhaiteraient se plonger dans la généalogie de ces facteurs alsaciens, nous avons publié sur Généanet toutes nos données ainsi que la totalité des actes originaux concernant la famille KELLER et BÜHNER.

http://www.geneanet.org/profil/?source=rpierre2&lang=fr&rech=KELLER&rech1=KELLER&place=Strasbourg%2C67000&subregion=f67&region=als&country=fra&ressource=arbre


Marque des KELLER vers 1780. (clarinette collection N.C.)
Atelier créé par Johannes (Jean) II Keller, qui en tant que tourneur sera admis dans la corporation des charpentiers (Zunft Zimmerleute) en 1736. Il est né le 15 juin 1710 à Strasbourg, son père  Johann I Wolff Keller était remueur de blé (Kornwerfer) et sa mère Marie Ursula PSOOR. Il épousa Marie Salomé Schneider, fille d’un tourneur,  le 7 novembre 1736 à Strasbourg et aurons trois fils : Jean III Keller, Isaac Keller, Jean Philippe Keller. Il est décédé le 25 janvier 1778 à Strasbourg à l’âge de 68 ans. Ses trois fils étaient témoins le jour de son décès.
Dans tous les actes que nous avons trouvés sur lui il se déclare : « Dreher » « Dräher », « Holzdreher », c’est-à-dire tourneur ou tourneur sur bois, mais jamais fabricant d’instruments.

Signature de Jean II KELLER à son mariage 1735.

Jean III Keller : Facteur d’instruments est né le 14 décembre 1737 à Strasbourg. Il épousera le 7 août 1765 à Strasbourg, Marguerite Salomé Baldner (1738-1808), fille de Daniel Baldner, chaudronnier à Strasbourg. La famille Baldner était une famille importante de Strasbourg, implantée depuis le XV° siècle, appartenant à la « tribu » des pécheurs. Le grand père de Daniel Baldner était Hans (Johann) Jacob Baldner (1606-1683) célèbre facteur d’orgues qui travailla à la cathédrale et réalisa l’orgue de Bouxwiller en Alsace.
Signature de Jean III KELLER à son mariage en 1765.

A son mariage en 1765, Jean III Keller se déclare : « faiseur d’instruments
(de musique) » (Instrumentenmacher) et tourneur d’art et sur bois (Kunst und Hohldreher). Même s’il a travaillé avec son père jusqu’en 1778, il a dû réaliser les instruments de musique qui portent la marque à « la fleur de lys », puisqu’il est le seul dans sa période d’activité (1765-1785) à se déclarer « Instrumentenmacher », notamment aux naissances de ses quatre enfants.
Leurs enfants sont Marguerite Salomé Keller (1766-1769), Marguerite Barbe Keller (1770-), Marie Madeleine Keller (1768-1834) qui épousera Gabriel Sébastien Bühner, Jean Keller IV (1776-1833). L’atelier ne fabriquait pas seulement des instruments de musique ; les trois frères devaient travailler ensemble jusqu’au 6 juillet 1785 à la mort de Jean III Keller, déclaré « Dräxler Meister » Maître tourneur dans l’acte de décès.

Isaac Keller est né le 26 janvier 1740 à Strasbourg. A la mort de son frère en 1785 (Jean III Keller), il est reçu à son tour, comme facteur d’instruments dans la corporation des charpentiers. Il restera célibataire. Il meurt le 11 juin 1802 à Strasbourg (22 prairial an X) de fièvre scarlatine. Les témoins sont un voisin Philippe Jacques Schmidt (68 ans homme de lettre) et son neveu Jean IV Keller, 25 ans facteur d’instruments.
Signature d'Isaac KELLER au décès de son père en 1778.
Jean Philippe Keller est né le 10 novembre 1743 à Strasbourg. En 1770, à la naissance de sa nièce Marguerite Barbe Keller, il se déclare « Instrumentenmacher ». C’est lui qui achète, le 14 avril 1791 par adjudication et pour 6050 livres, la maison du 70 rue du Marché aux Vins. Le 22 octobre  1793, il demande de s’acquitter de sa dette plus rapidement. Il décède à 51 ans le 25 avril  1794 (6 floréal an II) à Strasbourg (faiseur d’instruments). Les témoins sont Isaac Keller et un voisin tourneur Jean Georges Schantz.
(1er juillet 1794,13 messidor an II, inventaire après décès Jean Philippe Keller d’une maison 70 place de la Fraternité). Source Jean Jeltsch                                    

Signature de Jean Philippe KELLER au décès de son père en 1778.
De 1782 à 1791 l’atelier des Keller était situé place Dauphine ; à partir de 1791 il se situait au 70 Vieux Marché aux vins. Vers 1790 Jacques François Simiot (1769-1844), célèbre facteur lyonnais, passa une année dans l’atelier : « Chez Messieurs Keller et Bühner facteurs d’instruments à Strasbourg. J’y travaillai environ un an. L’ouvrage cessa : la France était en mouvement ». (Biographie autogr. de Simiot adressée à Pallu vers 1827, MS Dôle).
Gabriel Sébastien Bühner (1753-1816) arrivé en Alsace vers 1777, avait épousé Marie Madeleine Keller le 21 avril 1789. A son mariage il se déclarait « Instrumentenmacher » et travaillait dans l’atelier des Keller. A quel moment s’est-il associé aux Keller, pour créer la société Bühner et Keller, nous ne pouvons le dire actuellement. Jean IV Keller futur associé dans la Maison Bühner et Keller, n’avait que 18 ans, en 1794, à la mort de son oncle Jean Philippe Keller et c’est à lui qu’a été vendu, à la mort d’Isaac Keller, la maison du 70 rue du Marché aux Vins, le 20 août 1802 (2 fructidor an X) pour 8 550 Frs.
Comme la période révolutionnaire avait été très défavorable au commerce strasbourgeois, il est probable que la Maison Bühner et Keller a été créé en 1802 à la mort d’Isaac Keller. Les deux beaux-frères, Gabriel Sébastien Bühner et Jean IV Keller était associés.
Jean IV Keller est né le 3 décembre 1776 à Strasbourg. En 1802 il se déclare facteur d’instruments.
Le 26 août 1807, il épouse Ursule Daubenberger fille d’un cultivateur de Truchtersheim. Ils reconnaissent, en présence de G.S. Bühner leur fille Marguerite Salomé Keller née en 1807. Une seconde fille naîtra en 1809 : Elisabeth Joséphine Keller. A la mort de sa première épouse il se remarie le 1 août 1815 avec Sophie Gros. Dans le contrat et l’inventaire d’apport au mariage, Jean Keller déclare un tiers du fond de commerce « Bühner et Keller ».
Signature de Jean IV KELLER.
De ce deuxième mariage naîtrons deux enfants : Barbe Frédérique Keller (1829-1866) qui restera célibataire et un fils Jean V Keller (1833) qui ne vécut que quelques jours.   
Flûte 1 clé et trois corps de rechange portant
 la marque à fleur de lys. (David SHOREY)
A la mort de Gabriel Sébastien Bühner le 30 novembre 1816, c’est son fils Jean BÜHNER (1794-1844) qui entra dans l’association. Le 18 avril 1829, la maison du 70 rue du Marché aux Vins est vendue pour 8950 Frs à Mademoiselle Marie Jeanne Delfosse. Jean IV Keller continuera d’habiter cette maison jusqu’à son décès le  10 juin 1833 à 56 ans.
Dans l’inventaire des marchandises, outils, dettes et créances, l’on trouve que le commerce de Jean BÜHNER  était mené conjointement avec Jean IV Keller, car il possédait la moitié du fonds de commerce. (Instruments et autres marchandises pour un total de 1755,10 frs).

Flûte 1 clé et quatre corps de rechange portant la marque
 aux angelots trompettistes. (David SHOREY)


Clarinette en Ut à 5 clés. (Collection N.C.)
Clarinette en Si b à 5 clés vers 1780. (Collection R.P.)


Clarinette en Ut à 9 clés (5+4) vers 1790 (Collection R.P.)
Etienne Ozi (1754-1813), célèbre bassoniste, premier basson à la chapelle du roi, puis à la chapelle impériale et à l’orchestre de l’opéra, professeur au conservatoire de Paris précisait, dans sa « Méthode nouvelle et raisonnée pour le basson », publiée en 1788, qu’il possédait un basson de Keller à Strasbourg, instrument qu’il recommandait.
Basson en érable et clés laiton.
(Swedish National Collections of Music, Stockholm)
Une société existait entre les deux frères Isaac et Jean Philippe Keller, « Frères KELLER ». Cette société a-t-elle commencée en 1785 à la mort de Jean III Keller ? En tout cas elle existait en 1791, puisque les deux frères (Isaac et Jean Philippe) possédaient chacun la moitié de la maison de la rue du Marché aux Vins. En 1794 à la mort de Jean Philippe, Isaac continua d’occuper cette maison du 70 rue du Marché aux Vins.

Jean Bühner continua de diriger la Maison Bühner et Keller jusqu’à sa mort qui intervint le 12 mai 1844 à Strasbourg. La société Bühner et Keller a été reprise par Charles Finck, cousin de Jean Bühner. Jean Chrétien Roth reprendra la société en 1850.
Flûte à une clé et trois corps de rechange
signée "Frères KELLER".
Enregistrer un commentaire