mardi 4 mai 2010

Armand Hyacinthe FERRY (1806-1870) fabricant et marchand d'instruments de musique à Mirecourt.

Nous allons évoquer dans les prochains articles les facteurs et fabricants d'instruments de musique à vent de Mirecourt qui ont essayé de s'implanter dans la "cité du quatuor".
Armand FERRY a été à l'initiative de cette aventure en faisant venir la famille LEROUX de La Couture Boussey et en engageant Georges Félix REMY.
Armand Hyacinthe FERRY est né à Mirecourt le 25 juin 1806. Son père Jean Nicolas FERRY était avoué au tribunal de Mirecourt et sa mère Anne Catherine JOLY était la fille d'un huissier du tribunal de Mirecourt.
Il avait deux frères, Jean Joseph FERRY né le 28 octobre 1804 à Mirecourt, avec qui il habitait en 1846, celui ci étant sans profession, et François Auguste FERRY, né le 15 août 1807 à Mirecourt qui sera avoué au tribunal de Mirecourt.
On ignore auprès de qui sa formation s'effectue, mais il s'installe vite à son compte, et a un nombre important d'ouvriers vers 1825 (de 15 à 18). Ambitieux, il va créer une entreprise où tous les instruments fabriqués à Mirecourt se rencontrent. Aux instruments à cordes, il innove en ajoutant des vents. Pour ce faire, il fait venir en 1835 la famille LEROUX de la Couture Boussey. Ceux ci resteront à Mirecourt jusqu' à 1846 et s'allieront avec des familles de luthiers.

http://facteursetmarchandsdemusique.blogspot.com/2010_02_01_archive.html

En 1839 il se présente à l'exposition de Paris, voilà ce que l'on trouve dans l' annuaire des Vosges de 1840 : " M. Ferry, fabricant de Mirecourt. Une grande flûte à une clé, une grande flûte à 5 clés, une grande flûte à patte d'Ut, une petite clarinette à 13 clés, une guitare. Bien exécutés, ces instruments étaient également remarquables par la modicité de leur prix. La flûte à une clé ne se vendait que 2 frs, celle à 5 clés 36 frs, la troisième et la clarinette 50 frs chacune.
M. Ferry emploie dans ses ateliers 22 ouvriers, tant à la fabrication de ses instruments qu'à celle des clés et garnitures. C'est en réunissant sous sa direction ces deux genres de travail, pour lesquels il se sert d'outils et de machines inventés par lui, qu'il lui est permis de perfectionner ses produits et de les livrer à bas prix. Ses ouvriers gagnent par jour d'un franc cinquante à trois francs ; les bois qu'il emploie sont le buis, l'ébène et la grenadille, et les métaux, l'argent, le melchior et le cuivre.
M. Ferry fabrique par an 3000 flûtes, 500 clarinettes et 800 guitares. Il a obtenu un brevet d'invention et de perfectionnement pour les ornements en écaille de ses guitares".

Ci dessus : étiquette d'une guitare d'A. FERRY.
(document communiqué par Françoise Sinier de Ridder).
http://www.sinier-de-ridder.com/

Au départ des Leroux, il engage Georges Félix REMY pour continuer la fabrication des instruments à vent. En 1855 ce dernier commence la fabrication de pianos, pendant qu'A. FERRY monte une succursale à Paris et une autre à Londres.
En 1858 il obtient un brevet pour l'invention du Ferryphone (trompette) ; FERRY et REMY deviennent associés. REMY rachète l'affaire en 1863. A cette époque il y a 60 ouvriers.

http://facteursetmarchandsdemusique.blogspot.com/2010_04_01_archive.html


FERRY reste très lié commercialement à REMY car il garde une option sur les produits fabriqués qu'il achète à un tarif préférentiel et qu'il écoule sur Paris et sur Londres.
L'association sera terminée vers 1869 et définitivement à la mort de Armand FERRY (63 ans), le 2 avril 1870 à Paris , où il habitait avec son épouse Marie RICHARME au 39 rue de Meslay.
Enregistrer un commentaire