mardi 9 juin 2015

Les Cochu, facteurs d'orgues et de pianos de père en fils, à Châlons sur Marne, Paris, Troyes, Auxerre.

La dynastie des Cochu débute à Châlons sur Marne par Jacques II COCHU (1693-1765) qui sera facteur d'orgues dans cette ville.
Signature de Jacques II COCHU  à son mariage en 1738.
  Il a été très actif en Champagne au niveau de la construction d'orgues, mais l'oeuvre la plus connue est sans doute l'orgue de la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul de Troyes.
Orgue de la cathédrale de Troyes.
En fait ce magnifique instrument a été réalisé par Jacques II COCHU pour l'abbaye cistercienne : Notre Dame de Clairvaux dans l'Aube en 1731 et 1736. Mais à la révolution l'abbaye est transformée en prison et l'orgue vendu comme bien public, heureusement racheté par les "Marguilliers" de la cathédrale en 1792 (les membres du conseil de fabrique). L'orgue sera démonté par le petit fils de Jacques II Cochu, René COCHU et placé dans la tour Saint Paul de la Cathédrale. Oublié jusqu'en 1808, il sera remonté toujours par René COCHU.

Jacques II COCHU se mariera deux fois et aura plusieurs enfants, dont avec sa première femme Marie Jeanne TARON : Jacques III COCHU né le premier septembre 1721 à Châlons sur Marne et qui sera lui aussi organiste et facteur d'orgues. Jacques II COCHU est décédé à 72 ans, le 29 mai 1765 à Châlons sur Marne.
Signature de Jacques III Cochu en 1766.
Jacques III COCHU était organiste de l'église Saint Germain à Châlons sur Marne, mais il travaillait également avec son père comme facteur d'orgue. Il avait épousé le 21 novembre 1746 à Reims Jeanne LEBEGUE (1719-c1767). Ils auront dix enfants dont René COCHU, né à Châlons le 15 août 1748, qui sera aussi facteur d'orgues. A la mort de sa première épouse il se remariera le 13 février 1767 à Châlons avec Marie Hyacinthe QUENAT dont il aura trois enfants. Jacques III COCHU est décédé le 20 février 1788 à Châlons à 66 ans.
Son fils René COCHU  a été formé par son père et son grand père. Il s'installa d'abord à Auxerre vers 1777 après avoir fait son apprentissage, son père étant resté à Châlons. Il y fut très actif, un de ses premier travail fut de reconstruire l'orgue de l'église de Saint Prix et Saint Cot à Saint Bris le Vineux en Bourgogne.
Eglise Saint Prix et Saint Cot.
En 1783 il réalisa un pianoforte dont "les jeux sont encore actionnés par genouillères". Il porte la marque de René COCHU à Auxerre.
Pianoforte de René Cochu à Auxerre fait en  1783.
(Musée Auguste Grasset de Nice)
Il épouse le 22 avril 1776 à Rozay en Brie en Seine et Marne Marie Anne Cécile PASCAL (1755-1828) dont trois frères sont organistes, Jean à Rozay en Brie, François à Joigny, Antoine à Pontigny. Ils auront au moins deux enfants.
Signature de René Cochu en 1776.
Vers 1796 il s'installe à Troyes au 7 rue du Flacon.

Le 4 rue du Flacon à Troyes.
Outre son travail sur le l'orgue de la cathédrale de Troyes, il réalise de nombreux instrument notamment en 1806 l'orgue de l'église Saint Jean au Marché.
Orgue de l'église Saint Jean au Marché  à Troyes de 1806.
Outre son travail de facteur d'orgue il réalise vers 1800 un pianoforte conservé au musée de Paris la Villette dont "la mécanique est à simple pilote, mais les jeux sont actionnés par des pédales.
Pianoforte de René Cochu à Troyes vers 1800.
Son épouse étant décédée le 27 août 1828 à Troyes, il épouse à 79 ans le 23 septembre 1828 Marguerite Marthe BIETRIX âgée de 51 ans.
Pianoforte de René COCHU à Troyes.
René COCHU est décédé le 2 avril 1829 à Troyes à l'âge de 80 ans.

Il existait un COCHU luthier et accordeur de pianos à Paris en 1799 rue des Fossés Montmartre et jusqu'en 1810 rue Vieille du Temple, Hôtel Soubise. Nous n'avons pas trouvé le lien avec nos Cochu (S'il y en a un).

Bibliographie : Jean Claude Battault : Les facteurs de pianoforte des provinces de France 1760-1820. Musique/images/instruments. N°11.






Enregistrer un commentaire